Patrimoine

Aux origines … Le nom de Fussy est dérivé du latin Fucianum qui a évolué au fil du temps en Fucy en 1683 pour devenir ensuite Fussy. Une présence romaine a été décelée lors de fouilles archéologiques, notamment des vestiges d'une ancienne villa, des éléments d'une section de l'aqueduc qui devait relier Bourges à Menetou Salon, des débris de poteries ainsi que différents bronzes, bustes, outils et médailles…

 

Un peu d’histoire

L’église Saint-Hilaire, dont la construction commence au cours du XIIe siècle, constitue l’un des éléments principaux du patrimoine communal. Au pied de l’église existe toujours la tombe de Jean Coque Borne, archer de la garde écossaise qui fut marié à Guillemette Bastard, fille du vicomte Tanguy Bastard de Fussy, qui par ce mariage devint seigneur de Contremoret dans la seconde moitié du XVe siècle.

Plus près de nous

D’un passé plus récent subsiste le Château de Contremoret qui était autrefois un fief avec un titre de baronnie. La création du Château de Contremoret remonterait au XIVe siècle. Il est démoli en grande partie durant la Révolution. Le marquis Gabriel Vincent de Panette l’acquiert vers 1829 et le reconstruit. Il perd son architecture originale. Le marquis, né en 1783 à Lyon, est de par sa famille, originaire de la région de la Dombes (département de l’Ain) et devient ingénieur/géomètre. En 1814 sous Napoléon Ier, il dessine le premier cadastre de la ville de Bourges. Celui-ci est toujours connu aujourd’hui sous le nom de « Plan de Panette ». Ce plan est réalisé pour des raisons financières, afin de faire payer les impôts fonciers de manière objective. Sa rédaction, un travail considérable commence au début du XIXe siècle et s’achève en 1850. Il est aujourd’hui largement utilisé par les historiens, pour savoir comment était par exemple le domaine de Saint Ambroix ou l’environnement de la cathédrale. En 1818, il devient propriétaire de la Maison des Trésoriers à Bourges, connu aujourd’hui sous le nom de « l’hôtel de Panette »

Le marquis, marié à Madeleine Mélanie de Marcillac en 1813 à Bourges, ont un fils, Jean François Alphonse de Vincent de Panette qui naît en 1816 à Bourges. On sait que ce fils aime la musique et joue du violon sur le Guarnerius del Gesù qui date de 1737. Son fabricant, le luthier Bartolomeo Giuseppe Guarneri est le grand rival d’Antonio Stradivarius au XVIIIe siècle. Ses meilleurs instruments datent des années 1735. Il subsiste aujourd’hui une soixantaine de ses instruments au monde contre 600 stradivarius. Ce fils est dit-on un virtuose. Il va même composer des partitions comme un Ave Verum, que le Pape Pie VII aurait apprécié. Nul ne sait comment Jean-François de Panette a acquis ce violon et à quel prix. A sa mort, le violon est vendu par sa fille cadette, Marie-Charlotte, marquise de Belâbre à un marchand parisien. Ce violon est revendu dans les années 1920 à des collectionneurs américains, dont la société Wurlitzer de New York, plus connue pour ses juke-boxes. En 1947, il passe aux mains d’Isaac Stern, qui le garde pendant un demi-siècle et effectue avec lui la plupart de ses enregistrements. En 2005, une banque suisse annonce qu’elle l’a racheté 10 millions de dollars à un collectionneur privé pour le mettre à la disposition du jeune virtuose français Renaud Capuçon …

En 1873, Marie Charlotte Gabrielle Mélanie de Vincent de Panette se marie avec un aristocrate de l’Indre, M. Jacques Gabriel Auguste Le Coigneux, marquis de Bélâbre, et apporte le Château de Contremoret en dot. La marquise, veuve rapidement, possède le château pendant soixante ans et l’entretient très bien. Elle est décorée de la croix de guerre 14-18 et de la médaille de la reconnaissance française (15 septembre 1920) pour ses services en sa qualité d’infirmière. Elle décède à son domicile parisien le 29 décembre 1933. Dernière du nom. A partir de là commencent les années noires pour Contremoret. Il fait l’objet de nombreuses ventes de 1938 à 1959 et s’en suivent 30 ans de lent délabrement … Le résultat est catastrophique. La famille Thimonier l’acquiert en 1989. Ses membres y réaliseront un important travail de restauration avec passion et courage.

Et demain ?

De beaux projets sont en cours et visent à préserver et mettre en valeur le patrimoine communal !

L’église Saint-Hilaire a malheureusement subi l’œuvre du temps et certains de ses éléments sont extrêmement endommagés. Le 22 juin 2022, une convention a donc été signée entre la commune et la Fondation du Patrimoine pour permettre l’ouverture d’une collecte de dons qui, espérons-le, complètera la somme allouée par la commune pour ce projet de restauration. Seront ainsi restaurés une partie du plafond qui nécessitera l’intervention d’un menuisier et d’un plâtrier, ainsi que des éléments mobiliers : le vitrail de la façade, la chaire, la tribune et le tableau de Saint-Hilaire.

  • Si vous êtes intéressés par le projet et voulez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter la mairie ou l’association des amis de l’église Saint-Hilaire de Fussy à l’adresse suivante : amis-sthilairefussy@orange.fr
  • Rendez-vous également directement sur le site de la Fondation du Patrimoine
  • Sachez que votre don pourra vous faire bénéficier d’une réduction d’impôts à hauteur de 66%

Marie-France et Sébastien MORAND ont repris le château de Contremoret en juin 2021. Ils ont entrepris des travaux de rénovation de grande envergure afin de pouvoir proposer ce cadre magnifique pour des réceptions privées et professionnelles. Le château riche de 5 siècles d’histoire et ses espaces extérieurs sont privatisables pour des mariages, anniversaires, baby shower, séminaires, soirées, cousinades, concerts privés, tournages, shooting photos …